concert jjthames

Une ténacité qui force le respect, pour un destin qui tient du conte de fée. L’étonnant parcours de Jennifer Jenesis Thames donne en effet la mesure de sa forte personnalité, ou comment une jeune noire américaine issue des quartiers prolos de Détroit finira par inscrire son premier album Tell you what I know au top-ten du Billboard US en 2014. Dans la ville siège de General Motors ravagée par la crise de l’industrie automobile, mais aussi berceau de la Motown – un signe ! - la chanteuse s’est formée dès 9 ans au classique et au jazz avant de déménager pour le Mississippi où son père deviendra pasteur. Elle y fera ses premières armes auprès de quelques légendes du blues avant de partir tenter sa chance à New-York. Une galère qui la rendra SDF avant qu’elle ne soit repérée en chantant dans le métro. Les vraies scènes vont alors s’enchaîner quand J.J. Thames devient choriste de grands groupes tels que Fishbone, Israël Vibrations ou Bad Brains. Son retour gagnant dans le sud se concrétisera grâce au bluesman Gladys Champion qui lui signe son premier opus à succès. À son écoute, on pense évidemment à des figures telles Phyllis Hyman, Etta James ou Tina Turner, divas soul dont elle offre d’ailleurs quelques reprises avec la rage de celles qui donnent tout avec une sincère générosité. Pour cette seconde tournée européenne, la dame s’est entourée de musiciens français experts du blues-soul, la plupart issus des renommés Malted Milk, qui vont assurément enflammer vos écrans.